La charpente traditionnelle : Alliant Fonctionnalité, Durabilité et Esthétisme

La charpente traditionnelle a longtemps été le choix standard en matière de construction. Elle se distingue par l’utilisation de pièces de bois de grande section, ce qui lui confère sa solidité et son esthétique, particulièrement lorsqu’elle est laissée apparente. Cependant, en raison de la qualité de ses matériaux et de sa complexité, cette forme de charpente peut être plus coûteuse que les modèles industriels. Comme tout autre élément de construction, elle est soumise à des réglementations spécifiques.

Une Construction Complexe durable et esthétique

La charpente traditionnelle est présente dans de nombreuses constructions anciennes. Contrairement aux charpentes de type fermettes ou industrielles, elle est composée de pièces de bois de grande taille, sans l’utilisation de connecteurs. Ses principaux éléments sont les suivants :

  • Les deux fermes : ce sont les structures porteuses de la charpente, qui adoptent la forme d’un triangle. Chaque ferme est constituée de deux pentes latérales appelées arbalétriers, et d’une base connue sous le nom d’entrait.
  • Les pannes : ces éléments sont positionnés horizontalement et relient les deux fermes. La panne faîtière se trouve au sommet, la panne sablière est fixée sur le mur, tandis que les pannes intermédiaires se situent entre les pans.
  • Les chevrons : espacés généralement de 40 à 60 centimètres, ils sont cloués sur les pannes dans le sens de la pente du toit. Ils jouent un rôle essentiel dans la répartition du poids de la toiture sur les pannes.
  • Les liteaux ou les voligeages : ces pièces de bois plus fines sont fixées sur les chevrons et servent de support pour la toiture.
A lire aussi  Le Changement de Tuiles de Toiture

L’installation d’une charpente traditionnelle se déroule en plusieurs étapes, comprenant la préparation d’un schéma au sol, l’assemblage des différentes pièces, le levage des fermes pour les mettre en place, et enfin, le montage final où le niveau des éléments est ajusté, les pannes sont ancrées dans la maçonnerie, et les chevrons sont installés.

Le calcul de la position, du nombre de pannes et de chevrons doit tenir compte de plusieurs paramètres liés à la construction et à son emplacement, notamment le poids de la toiture, le poids du plafond, les charges de neige, le vent, etc. Le choix du pourcentage de pente pour la charpente traditionnelle doit également prendre en considération l’utilisation prévue des combles, la nature de la couverture (tuiles, ardoises, bardeaux en bois), la région géographique, et d’autres facteurs locaux.

Une charpente robuste et esthétique, mais à coût élevé

La charpente traditionnelle présente de nombreux avantages, dont une grande solidité, une résistance accrue au feu grâce à la section généreuse des pièces de bois, une esthétique particulièrement attrayante lorsqu’elle est visible (notamment dans le cadre de plafonds à la française), la possibilité d’aménager les combles si la hauteur est suffisante, et la capacité à supporter des charges importantes, y compris les revêtements de toiture les plus lourds tels que les ardoises.

Cependant, elle comporte également quelques inconvénients, notamment un coût supérieur à celui des autres types de charpentes, un temps d’installation plus long que les charpentes préfabriquées, et un poids considérable qui nécessite de s’assurer que la structure de la maison puisse le supporter.

A lire aussi  Pour une Étanchéité Optimale de Votre Toit-Terrasse

Le coût d’une charpente traditionnelle varie en fonction de plusieurs facteurs, notamment la taille du projet, la complexité de la charpente (qui est calculée sur mesure en fonction des besoins et des préférences du propriétaire), le type de bois utilisé (bois dur comme le châtaignier, le hêtre ou le chêne, ou résineux), et le choix du professionnel chargé des travaux. En général, le prix moyen d’une charpente traditionnelle se situe entre 70 et 100 euros par mètre carré.

La réglementation relative aux charpentes traditionnelles

Les charpentes traditionnelles sont soumises à de nombreuses réglementations énoncées dans les Documents Techniques Unifiés (DTU). Ces réglementations incluent le DTU 88, qui traite de la résistance au feu, le DTU 31.1 et 31.2, qui couvrent les charpentes, les escaliers en bois, la construction de bâtiments, ainsi que les maisons à ossature en bois, ainsi que le DTU règles CB 71, qui définit les règles de conception et de calcul pour ces structures.

En conclusion, la charpente traditionnelle offre solidité, durabilité et esthétisme, mais à un coût potentiellement plus élevé que les alternatives modernes. Elle demeure un choix privilégié pour ceux qui apprécient l’aspect traditionnel et la robustesse de ce type de construction.

Appuyez sur ESC pour fermer