Everite et Amiante : Guide des démarches à suivre (2024)

Everite est le nom commercial d’un matériau de construction en fibrociment contenant de l’amiante, d’où l’association avec les toitures Everite. Avant l’interdiction de l’amiante en 1997, ce composant était couramment intégré dans les plaques de fibrociment.

Ce guide vous détaille les actions à entreprendre si vous possédez une toiture en Everite.

Usage de l’Everite amiante

L’amiante, matériel économique, durable et léger, a été massivement utilisé tout au long du XXe siècle dans la fabrication de toitures, notamment par des marques telles qu’Everite, offrant ainsi des solutions abordables.

À l’époque, les risques liés à l’amiante n’étaient pas encore connus, et le fibrociment Everite était largement répandu dans le secteur de la construction pour ses qualités isolantes, sa résistance au feu et sa solidité. Les toitures Everite étaient particulièrement prisées pour leur étanchéité.

Des sociétés comme Eternit (le producteur d’Everite), spécialisées dans le traitement de l’amiante pour le secteur de la construction, comme Isover, Everitube, Amiabel Safari, Ouralithe, absestolux, Maxiplaque, Abrisol, Canalite, utilisaient de l’amiante dans leurs produits Everite pour les toitures entre 1973 et 1998, selon les cas.

Eternit France était le leader de la production de fibrociment, devant Saint-Gobain, depuis la période de reconstruction post-Première Guerre Mondiale jusqu’à l’interdiction de l’amiante en 1997.

Après les Trentes Glorieuses, les plaques ou tôles Everite se sont imposées comme un élément incontournable du marché des matériaux de construction, en partie grâce aux gisements d’amiante présents sur le territoire français.

Qu’est-ce que l’Everite ?

Everite désigne une gamme de produits en amiante.

Qu’est-ce qu’une toiture en Everite ?

Une toiture en Everite se compose de plaques de fibrociment amiante, identifiables par la marque Everite.

Identification des matériaux exempts d’amiante

Pour s’assurer qu’un matériau est exempt d’amiante :

Chercher le marquage NT (pour Nouvelle Technologie), garantissant l’absence d’amiante ;

Vérifier la date de production : si elle est après 1997, le matériau est assurément sans amiante.

Le scandale de l’amiante Everite

Dans les années 1990, le scandale de l’amiante éclate, conduisant à l’interdiction définitive de ce matériau en 1997, après la reconnaissance officielle de nombreux cas de maladies liées au travail. Des employés des usines Eternit/Everite contractent des maladies, et l’entreprise est critiquée pour ne pas avoir instauré les protections nécessaires contre les risques d’exposition à l’amiante.

Plusieurs sociétés impliquées dans la manipulation de l’amiante pour divers secteurs (comme l’automobile pour les garnitures de frein, l’isolation des tuyauteries, l’usage d’amiante projeté dans les constructions et la construction navale, ou encore les textiles contenant de l’amiante) ont dû cesser leurs activités au fur et à mesure que le lien entre l’amiante et ses effets cancérigènes était établi par la communauté scientifique et médicale. L’utilisation de l’amiante est alors interdite.

A lire aussi  Signes d'Infiltration d'Eau dans la Toiture et Actions Immédiates

À noter

Bien que la production d’Everite, aussi connu sous les termes de fibrociment ou amiante-ciment, soit arrêtée, ce matériau est toujours présent dans les anciennes constructions, y compris dans les dalles de plafond et les toitures.

Risques associés au fibrociment Everite contenant de l’amiante

L’amiante, constituée de fibres microscopiques invisibles à l’œil nu, peut devenir une source de poussière inhalable qui se dépose dans les bronches et les poumons, causant diverses maladies respiratoires, telles que des atteintes à la plèvre, des fibroses, ou encore des cancers pulmonaires.

Le risque pour la santé augmente avec la durée d’exposition à l’amiante, rendant particulièrement préoccupante la présence d’un toit en fibrociment.

Une toiture contenant de l’amiante devient un danger potentiel lorsque sa surface est endommagée, dégradée, percée, fissurée ou encore lorsqu’elle est exposée à des infiltrations d’eau. Le risque s’étend également lors de la manipulation ou du retrait de ces matériaux.

Règlementations concernant les toitures en Everite

Des mesures spécifiques encadrent l’élimination des déchets contenant de l’amiante-ciment, détaillées dans la circulaire du 09/01/97. Ces mesures couvrent les normes de conditionnement, de transport, et d’élimination sécurisée des déchets, applicables à tous types de sites de stockage.

La circulaire du 19/07/96 précise les instructions pour l’élimination sécurisée des déchets issus de travaux sur des matériaux contenant de l’amiante, incluant la classification des déchets, les modalités de conditionnement, de transport, et les méthodes d’élimination recommandées.

En pratique :

Le désamiantage d’une toiture en Everite n’est pas systématiquement requis ;

Cette procédure devient obligatoire seulement si la concentration d’amiante dépasse 5 fibres par litre d’air, avec une obligation d’intervention sous trois ans pour éviter les sanctions ;

Les travaux doivent se conformer aux normes établies par le décret n° 2012-639 du 4 mai 2012.

L’importance de réparer une tuile Everite endommagée ne doit pas être sous-estimée. Une tuile cassée peut compromettre l’étanchéité de la toiture, menaçant la structure de la charpente et favorisant l’apparition de problèmes d’humidité et de moisissures dans l’isolation ou les murs. De plus, une tuile détachée peut causer des dommages matériels ou corporels en tombant, obstruer les systèmes d’évacuation d’eau de pluie en glissant, ou encore devenir un nid propice au développement de champignons, de moisissures, et de lichens. Les ouvertures créées par des tuiles cassées peuvent également permettre à des oiseaux, des rongeurs, des chauves-souris, ainsi qu’à des insectes tels que les guêpes ou les frelons, de pénétrer sous la toiture, causant des dégâts ou établissant leurs nids dans l’isolation.

A lire aussi  Entretien de toiture : Guide en 14 étapes pour un entretien efficace
Déterminer la présence d’amiante dans une toiture en fibrociment

Il est important de noter que tous les matériaux en fibrociment ne contiennent pas forcément de l’amiante. Depuis 1998, il existe de nombreuses options de toitures en fibrociment sans amiante sur le marché. Pour confirmer la présence ou l’absence d’amiante dans votre toiture, seul un expert en désamiantage possédant les accréditations nécessaires peut fournir un diagnostic précis. Des analyses en laboratoire peuvent être requises pour vérifier cette présence.

La découverte d’amiante au sein de votre toiture peut nécessiter la mise en œuvre de travaux de rénovation ou de désamiantage, particulièrement si l’amiante représente un risque pour la santé ou si la toiture est en mauvais état.

Le coût d’un diagnostic amiante se situe généralement entre 70 et 160 euros, en fonction de la taille de la surface à examiner.

Suite à ce diagnostic, voici ce qu’il faut retenir :

Si le diagnostic révèle l’absence d’amiante, votre toiture en fibrociment est considérée comme sans risque.

Si l’amiante est détecté mais que la toiture est en bon état, un nouveau contrôle sera nécessaire dans trois ans. Le remplacement de la toiture n’est requis que si celle-ci est endommagée au point de libérer des fibres d’amiante. Une toiture intacte ne constitue pas un danger immédiat, et il n’y a pas d’obligation immédiate de la remplacer.

En cas de diagnostic positif et de toiture endommagée, des travaux seront obligatoires pour sécuriser l’environnement, soit par confinement de la zone affectée, soit par retrait et remplacement de la toiture.

Il est impératif de faire appel à des professionnels qualifiés pour toute manipulation, retrait ou rénovation de toitures en fibrociment contenant de l’amiante, en respectant strictement les normes et réglementations en vigueur.

Processus de désamiantage et enlèvement d’une toiture en Everite

Le désamiantage implique plusieurs étapes clés :

A lire aussi  Quel est le coût d'un bardage extérieur pour votre maison ?

Application de traitements spécifiques sur les zones contenant de l’amiante, réalisée exclusivement par des entreprises spécialisées en désamiantage ;

Retrait de la toiture en Everite ;

Remplacement par du fibrociment sans amiante ou par une autre alternative de matériel.

À noter

Les procédures pour démonter et éliminer l’amiante-ciment sont strictes, exigeant une multitude de précautions rigoureuses.

Il est fortement conseillé de solliciter des professionnels certifiés et reconnus qui suivront une méthodologie stricte dans le cadre d’une démarche administrative officielle.

Opter pour le désamiantage offre une solution durable, plébiscitée tant par les professionnels que par les autorités. Cette démarche vous libère définitivement des préoccupations liées à l’amiante et évite des contrôles périodiques tous les trois ans. De plus, cela constitue un atout en cas de revente, rassurant les potentiels acheteurs sur l’absence de toiture en Everite.

Le coût du désamiantage varie entre 30 et 50 euros par mètre carré, influencé par :

L’étendue de la surface à traiter ;

La méthode de désamiantage sélectionnée ;

La facilité d’accès au site ;

L’état de la couverture existante ;

Les prix appliqués par l’entreprise de désamiantage choisie.

Les matériaux amiantés retirés sont dirigés vers un centre spécialisé dans le traitement de l’amiante, qui délivrera un certificat confirmant leur élimination appropriée. Les coûts associés à l’évacuation des déchets d’amiante se situent entre 150 et 500 euros par tonne.

La dernière étape consiste à installer la nouvelle couverture, choisie pour remplacer l’ancien matériel amianté.

Les aides financières pour le désamiantage de toiture

Des subventions sont disponibles pour aider à financer le désamiantage d’une toiture.

Ces subventions sont proposées par l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) sous certaines conditions, pouvant couvrir à la fois le coût du diagnostic amiante et celui des travaux de désamiantage visant à protéger les occupants.

Le financement peut couvrir entre 20 % et 50 % du total des dépenses liées à ces interventions. Pour être éligible à ces aides, plusieurs critères doivent être remplis, notamment que la construction du bâtiment ait plus de 15 ans et que les travaux contribuent à une amélioration significative de l’habitat. De plus, l’exécution des travaux par des professionnels est une condition obligatoire.

Les frais associés au désamiantage peuvent augmenter le coût de la rénovation d’une toiture de 30 % à 100 % par rapport à une rénovation standard sans enlèvement d’amiante.

Appuyez sur ESC pour fermer